Sachons redevenir des petits enfants pour entrer au royaume du Monde Vert : nous y ferons alors des observations qui, pour n’être pas savantes, nous feront pourtant comprendre  et aimer les plantes chez elles. Cette exploration  en zig-zag de la racine à la fleur, en enjambant parfois la feuille ou la graine, ne manquera pas d’imprévu. Dans l’impossibilité de nous étendre, nous n’avons, le plus souvent  que suggéré la piste à suivre, préférant réserver le plaisir de la découverte, l’explication du pourquoi à l’observateur patient et sagace.

Gilbert Ansciau, Le familier de la nature, Les Presses d’Ile de France, 8e édition, 1960, p. 205