Longtemps négligé en France, l’étude de la Lichénologie tend aujourd’hui à s’y développer de plus en plus. On commence depuis quelques années à voir paraître ces catalogues locaux si utiles et si instructifs sous tout rapport, où l’auteur s’attache surtout à signaler les espèces de la province, du département, ou simplement même de la contré qu’il habite. C’est là, d’ailleurs, il faut bien en convenir, le vrai moyen d’arriver à la connaissance lichénologique complète de notre pays. Ces catalogues locaux sont la vrai source où plus tard, un maitre dans la science pourra puiser les matériaux d’un travail d’ensemble de la Lichénologie française. Les collections d’exsiccata, plus rare encore malheureusement, sont aussi d’un secours et d’une utilité au moins égales à celle des catalogues. Elles ont en effet, cette immense avantage, de mettre sous les yeux de l’observateur un échantillon en nature de la plante dont la simple vue en dira souvent plus que ne pourrait faire la meilleure description.

Abbé Henri Olivier, Flore analytique et dichotomique des lichens de l’Orne et départements circonvoisins : précédée d’un traité élémentaire de lichénographie, page 3, publié par l’auteur, Autheuil, Orne, 1882-1884
Source : Gallica (https://gallica.bnf.fr)

 

Les collections d’histoire naturelle qui abritent plusieurs millions de spécimens collectées depuis plus de deux siècles, ou résultant de fouilles paléontologiques, offrent dans ce contexte la possibilité d’analyser des trais génétiques phénotypiques ou écologiques sur le temps long, voire très long, voire très long et en association avec des données environnementales (notamment climatiques). Les mesures, les tests, les suivis de quelques mois ou de quelques années suffisent parfois aux décideurs ou au médias, mais n’ont souvent que peux de signification dans le temps long, celui de la centaine de milliers ou du million d’années qui ont façonné le monde tel qu’il est. C’est là que les connaissances engrangées par l’histoire naturelle sur l’évolution des climats, des environnements, des écosystèmes ou des voies de migrations contribuent à assoir le jugement rationnel.

Luc Abbadie and al, Manifeste du Muséum, Quel futur sans nature, Éditions du Muséum d’Histoire Naturelle/ Relief, 2017,