Le meilleur des mondes possible

Populus201006=013small
Populus201006=012small
Populus201006=011small
Populus201006=010small
Populus201006=009small
Populus201006=008small
Populus201006=007small
Populus201006=006small
Populus201006=005small
Populus201006=004small
Populus201006=003small
Populus201006=002small
Populus201006=014small
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Populus201006=013small
Populus201006=012small
Populus201006=011small
Populus201006=010small
Populus201006=009small
Populus201006=008small
Populus201006=007small
Populus201006=006small
Populus201006=005small
Populus201006=004small
Populus201006=003small
Populus201006=002small
Populus201006=014small

Un bâtiment gris et trapu de trente-quatre étages seulement. Au-dessus de l’entrée principale, les mots Centre d’Incubation et de Conditionnement de Londres-Central, et, dans un écusson,; la devise de l’État mondial : Communauté, Identité, Stabilité.

Aldoux Huxley, Le meilleur des mondes (traduction de Jules Castier)

Il vivait seul dans un grand immeuble aveugle et dégradé avec ses milles appartements inoccupés, qui retournait peu à peu, comme tous ses semblables, à l’entropie, aux ruines… A la longue, tous ce que contenait l’immeuble tournerait en ratatouille indistincte, fatras sans nom empilés du plancher au plafond de chaque appartement, couches indifférenciées d’un pudding hétérogène et pourtant homogène. Ensuite, l’immeuble lui-même perdrait peu à peu sa forme, rejoignant dans son ubiquité triomphante la cendre et la poussière. Mais bien sûr, il serait lui-même mort depuis longtemps. Debout dans cette salle de séjour condamnée, face à l’immensité vide et palpitante d’un silence vaste comme le monde, il trouva que c’était encore un beau sujet de méditation.
Mieux valait, peut-être rallumer la télé?

Philip K. Dick, Blade Runner (traduction Serge Quadruppani)