Carte de visite, La jeune fille au collier
Carte de visite, La jeune fille au collier

La photo est prise de trois quart. Le tirage a été fait en utilisant un masque ovale dégradé qui concentre le regard sur le visage et donne un effet de halo. Bien qu’il s’agisse d’une « carte de visite » le tirage est de bonne qualité. La jeune femme regarde au loin. Elle ne sourit pas. Elle a des boucles d’oreilles et un collier avec une pierre imposante sur l’avant. Elle a beaucoup d’allure dans son chemisier avec ses bijoux.

Gustave Bouillaud

M. Bouillaud était bien connu dans toute la corporation photographique ; durant toute sa vie, il s’était consacré à la vulgarisation des applications de la lumière artificielle à la prise du portrait ; son appareil dénommé « 20 e Siècle », d’une conception et d’une réalisation par faites, a permis à nombre de photographes d’obtenir des résultats remarquables, et a été le point de départ de l’important essor de l’emploi de la lumière artificielle en photographie. M. Bouillaud était également un excellent chimiste et s’était spécialisé dans la fabrication des poudres éclairantes, pour virage et fixage, des plus appréciées. La droiture et la franchise de son caractère, sa simplicité (malgré ses intéressants travaux, il ne reçut jamais la moindre distinction honorifique), son désir de rendre service à ses collègues lui avaient acquis l’estime et la considération de tous.

Source : Gallica BNF (gallica.bnf.fr),  Revue « Le Photographe » N°119, Nécrologie, 5 avril 1924, p.96

Carte de visite, La jeune fille au collier

Sur le verso de la carte de visite, Gustave Bouillaud a indiqué qu’il faisait ces prises de vue avec un éclairage artificielle (brevété S.G.D.G.). Il a également remporté un certain nombre de prix, dont une médaille d’argent à l’exposition universelle de Paris en 1889.

Voir également :
https://www.portraitsepia.fr/photographes/bouillaud/
http://laphotoduxix.canalblog.com