previous arrow
next arrow
Slider

Les arbustes des buissons et sous-bois évoquent la poésie et les découvertes des promenades dominicales : fleurs et fleurettes, fruit âpres ou délicieux, vénéneux parfois, liens souples pour tresser des couronnes, tout cela nous est offert par des arbrisseaux dédaignés du forestiers. Leur taille modeste les met à porté de l’enfant, du botaniste aussi dont la haie constitue une des stations de prédilection.

Gilbert Anscieau, Le famillier de l’arbre, 1956, Editeur, Les presses d’Ile de France.

Photos prises au sténopé NOPO 24, sur le sentier au pied du Puy de Dôme.