previous arrow
next arrow
Slider

Banne, dans le langage du pays, signifie corne. Nous ne vîmes pas une grande ressemblance entre le nom et la chose ; mais nous, étions curieux d’atteindre le point le plus élevé des environs, et y parvînmes après avoir traversé de vastes pelouses et un petit cours d’eau qui les arrosait. Nous vîmes quelques burons et de nombreux troupeaux gardés par des pâtres et de grand chiens qui, n’étant pas habitués à voir des caravanes comme la nôtre, nous poursuivaient de très-près…

D’un côté cette roche est coupée à pic , tandis que de l’autre on y arrive par une pente très-douce, qui se prolonge jusqu’à Laqueille, village éloigné d’une lieue et demis.

L’un des géologues nous fit remarquer que nous avions traversé, pour y arriver, un grand plateau de phonolite que l’on trouve également sur le flanc du puy Gros, et que le rocher élevé sur lequel nous étions était un dyke ou filon basaltique… L’autre géologue nous assura que nous étions sur un des centres de soulèvement du mont Dore ; il nous fit remarquer l’exhaussement graduel du sol qui nous environnait, et il ne doutait pas que la Banne d’Ordenche, en se faisant jour à travers les grandes nappes de phonolite et de trachyte qui l’environnent ne les ait soulevés comme une vessie.

Description pittoresque de l’Auvergne. Le Mont-Dore et ses environs / par Henri Lecoq (1802-1871). Éditeur :  J.-B. Baillière (Paris) Date d’édition :  1835-1836, page 298

Nota : le texte ci-dessus a conserver l’orthographe exact du document d’origine, on remarque par exemple que Ordenche s’écrivait avec un e dans le texte de H. Lecoq

Photos prises au sténopé NOPO 24