Le Sténopé Républicain, 2017
Le Sténopé Républicain, 2017

On a beaucoup parlé des Bains anglais à prix réduits, c’est-à-dire à 0,20 centimes, mais ce qu’on a oublié de dire, c’est la limite du temps et la quantité d’eau pour prendre ces bains. L’on ne peut rester que vingt minutes dans sa baignoire. En comparant ces bains aux nôtres, je donnerai facilement la préférence à ces derniers, puisque vous pouvez rester une heure et quelquefois davantage dans votre baignoire sans qu’un garçon vienne vous prier de sortir. Et puis je ne crois pas que l’ouvrier français, si soucieux de sa dignité et de son bien-être, veuille s’astreindre à prendre ses bains dans des cabinets en tout semblables aux cabines des bains froids de la Seine, c’est-à-dire de simples cloisons de planches par-dessus lesquelles on peut grimper et faire une descente chez son voisin. Sous le rapport de leur installation, les Bains de Paris sont donc supérieurs à ceux de Londres, mais toujours inférieur pour l’alimentation.

Les eaux de Paris : les journaux et leurs communiqués, les tarifs 1846, 1852, 1853, 1860, 1862, convention de 1867, bains et lavoirs / par J. Moisy,…, page 156